SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Der Verband des Schweizerischen Früchte-, Gemüse- und Kartoffelhandels
SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Transparenz der Preis- und Marktsituation
SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Interessen seiner Mitglieder einheitlich darzulegen und zu vertreten
SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Transparenz der Preis- und Marktsituation
SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Transparenz der Preis- und Marktsituation
 
 

23.06.2016

UE: évolutions erratiques de la demande

(fldhebdo.fr) - Les premières journées estivales devraient relancer les ventes. On s’attend à une hausse des commandes à partir du 23 juin. La fraise est en crise.

L’entrée en consommation des fruits d’été tarde à s’enclencher. En abricot, malgré les problèmes de qualité, les acheteurs français et italiens passent sur la production locale, ce qui prive les expéditeurs espagnols de deux gros marchés. Les prix ont baissé de 50 % en quelques jours. C’est le pic de la saison avec les variétés du groupe Cot, Kioto, Mediabel début Orangered. Les prix départ Aragon sont tombés jusqu’à 1,10 € en calibre 2A.

Les Paraguayos gagnantes
En pêche et nectarine, la pression de l’offre est très forte en calibre B. Le prix des barquettes d’un kg passe sous la barre d’un euro départ. La pression s’accentue en cal. A, les prix sont fermes en 2A. Les variétés jaunes sont de vente plus difficile qu’en blanches.

Depuis la semaine 21, les prix des jaunes sont égaux ou inférieurs à ceux des trois années précédentes. Les pêches plates sont favorisées. Le taux de sucre atteint facilement 12 %. Les ventes sont fluides, les prix sont fermes. Toutefois, les écarts de coloration obligent à un sévère tri. Les lots de second choix sont écoulés sur le marché intérieur espagnol. La récolte est prévue au mieux stable par rapport à l’an passé.

Cette semaine, les promotions de pêche et nectarine débutent à 1,69 € en cal C 56-61 (Lidl France), à 1,49 € en cal B et 1,99 € en Paraguayos (Edeka).Celles en abricot 2A sont entre 2,69 et 2,99 €. Peu de cerises, trop de fraises La récolte de burlat débute au Benelux et dans le Bade Wurtemberg. Le marché reste très sous approvisionné. En Allemagne, la Turquie est de loin l’origine dominante, les arrivages ne faiblissent pas. En Espagne, l’Aragon expédie de très beaux lots de cerise type summit départ Aragon à 3 € départ. Le Val de Jerte entre en pleine saison cette semaine. Les prix de la fraise sont historiquement bas alors que les autres petits fruits rouges sont fermes.

Le melon délaissé
Le marché du melon est en crise depuis un bon mois. L’excèdent de calibre 15 se brade au mieux. La consommation devrait rebondir cette semaine alors que la production française n’atteindra son rythme de pleine saison que fin juillet, comme en 2013. Presque toutes les enseignes ont la pastèque en promotion. L’an passé, les achats des ménages de France ont progressé de 18 %.

La Turquie s’isole
Après une semaine froide, la canicule s’est réinstallée en Europe de l’Est. Elle reprend de la vigueur au Proche-Orient et autour de la Mer Noire. Le marché russe est bien approvisionné en tous produits de toutes origines. Les importations de Turquie sont possibles mais les risques sont plus importants. Les relations entre les deux pays ne pourront guère s’apaiser car le gouvernement turc refuse la demande russe concernant des excuses et un dédommagement.