SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Transparenz der Preis- und Marktsituation
SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Transparenz der Preis- und Marktsituation
SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Der Verband des Schweizerischen Früchte-, Gemüse- und Kartoffelhandels
SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Interessen seiner Mitglieder einheitlich darzulegen und zu vertreten
SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Transparenz der Preis- und Marktsituation
 
 

28.10.2016

UE: un marché instable en légumes

(fldhebdo.fr) - Après une semaine en demi-teinte, c’est surtout en petits agrumes et en légumes que les prix moyens continuent de refluer.

La mise en avant des pommes porte plus fréquemment sur des unités de vente consommateur de poids supérieur. Cette semaine, le format 5 kg d’elstar et jonagold est proposé à 4,44 € par Edeka. Celui de 2 kg est à 1,49 € chez Rewe. Les prix stade de gros sont stables à des niveaux similaires à ceux de l’an passé, rarement au-dessus comme en golden, voire en braeburn. En gala, la hausse annuelle des gros calibres est difficile à confirmer. Le prix moyen du raisin continue de hausser, surtout en variétés sans pépin pour lesquelles les mises en avant sont à 4 €/kg. Les premiers arrivages du Brésil sont donc bien valorisés.

Retour de la myrtille
D’autres fruits d’hémisphère Sud font leur apparition. Les premières promotions sont déjà lancées en myrtille d’Argentine ou du Pérou (18,80 €/kg). Au Chili, une période de froid en août et des pluies récentes ont causé des pertes. En cerises, elles seraient d’environ un tiers du potentiel, surtout en variétés précoces. En Afrique du Sud, malgré la sécheresse persistante, les prévisions d’exportation sont en hausse d’environ 5 %. Avec le renouvellement variétal, c’est en nectarine et en prune que le potentiel s’étoffe davantage.

Arrachages de courgette
Le marché des légumes n’est pas assez demandeur. Malgré quelques sursauts, la tendance reste baissière depuis un mois. En Andalousie, les pertes liées aux virus ont fait réagir les cotations de la courgette en début de semaine 42. Mais le rebond a été de courte durée : avec le début du Maroc, les prix sont revenus sous la barre de 1 € franco. Toutefois, l’offre ne devrait guère progresser avant le mois de décembre. Suite à la baisse des surfaces, le prix de l’aubergine s’est redressé par rapport aux très bas niveaux de l’an passé. Au départ d’Agadir, les chargements vers la Russie ont débuté le 6 octobre. Ils montent en puissance depuis deux semaines, surtout en clémentine avec environ 3 000 palettes la semaine passée et 2 000 la précédente.

Mévente en iceberg
En Allemagne, le BLE fait un point sur le marché des salades. Les prix sont au plus bas depuis cinq ans depuis la semaine 38. L’iceberg est la salade la plus cultivée en Allemagne avec un total de 3 700 ha devant la mâche avec 2 416 ha. Les tonnages de salades importés déclinent. Entre 2011 et 2015, ils sont passés de 115 000 t à 91 000 t. La Belgique est particulièrement concernée par cette baisse : entre ces deux dates, les tonnages sont passés de 25 000 à 10 000 t. Soit moins que l’Italie qui progresse de 13 000 à 17 000 t avec une gamme de plus en plus diversifiée (roquette, trévise, radiccio…). Même l’Espagne, dont l’offre est dominée par l’iceberg, cède 10 000 t en quatre ans avec 52 500 t en 2015.

En Allemagne, la consommation de haricot coco progresse. Le démarrage tardif des cultures de plein air au Maroc pousse les prix des marchandises importées à la hausse : de 4 à 5 €/kg au stade de gros. La production locale se termine avec un prix moyen de 3 € stade gros.