SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Interessen seiner Mitglieder einheitlich darzulegen und zu vertreten
SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Transparenz der Preis- und Marktsituation
SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Transparenz der Preis- und Marktsituation
SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Der Verband des Schweizerischen Früchte-, Gemüse- und Kartoffelhandels
SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Transparenz der Preis- und Marktsituation
 
 

16.09.2016

UE: les pluies attendues ou redoutées

(fldhebdo.fr) - La pluie est attendue et espérée par les producteurs de marrons. Mais elle est redoutée par ceux de raisins comme dans les Pouilles qui font face à une forte concurrence de la Turquie.

La campagne de raisin bat son plein. L’offre de thompson seedless (ou sultana) de Turquie et de Grèce est en forte progression dans le nord de l’Europe. Les promotions stade détail se poursuivent à 1,50 €/kg contre 2,40 €/kg au plus bas pour les offres d’Italie, tout comme en rouges (crimson seedless...). L’Espagne est en recul, les prix sont plus élevés car la campagne est déficitaire. L’Italie élargit sa palette de sans pépin. La variété sweet sapphire fait sensation car les longues baies ont une forme originale : elles sont allongées, jusqu’à 4 cm, avec l’extrémité en fossette. Le prix des variétés à pépins est sous pression : en italia et red globe, ils baissent d’environ 0,50 €/kg par rapport à l’an passé. Le victoria résiste mieux car il est de belle qualité. Toutefois, il a plu fortement sur les Pouilles pendant cinq jours en semaine 31, de même qu’en Grèce. La campagne de plein champ est écourtée, surtout dans le nord des Pouilles (Bari). La Sicile est épargnée. Cette année, les prix élevés des variétés noires à pépins attirent un peu de tonnages de ribier de Macédoine (alphonse lavallée).

La pluie ou la ruine
Les producteurs de châtaignes du Portugal, d’Espagne et du sud de la France attendent la pluie avec impatience. Les arbres sont assez chargés mais la sécheresse fait chuter les rendements. Au Portugal et en Espagne, la récolte a deux semaines de retard. Mais s’il ne pleut pas d’ici dix jours, elle sera très déficitaire. Seuls quelques secteurs ont bénéficié d’orages. C’est aussi le cas dans les Cévennes ou dans le nord de l’Italie mais pas en Ardèche où les variétés nobles souffrent. Les prix élevés de l’an passé avaient freiné les ventes sur le marché du frais et les industriels avaient pu acheter à bas prix en fin de saison, surtout au Portugal. La récolte de bouche de bétizac débute en Emilie- Romagne, les premières offres sont à 5/6 €. En Turquie, la canicule et de violents orages de grêle ont détruit un tiers de la récolte qui a dix jours d’avance.

Moins de promotions

La campagne de prunes est porteuse en ronde, plus difficile en quetsche du fait de problèmes de qualité. En Italie, les prix en production sont sous tension pour les variétés de bonne conservation comme angeleno. En Extremadure, le retard de la saison permet de valoriser les variétés comme larry ann et royal diamond. En Allemagne, les promotions de la semaine 35 sont moins nombreuses en fruits qu’en légumes. La noix decoco “à boire” est testée par Rewe (1,99 €). Le melon charentais lisse d’Italie est à 1,79 €. La barquette de4 figues de Turquie est à 1 € (soit 4-5 €/kg). La barquette de pêches jaunes d’Italie est à 1,50 € chez Edeka. L’offre de petits fruits rouges est faible, sauf en mûre. En fraise, l’arrivée groupée des remontantes a été mal anticipée et les prix ont baissé en une semaine. En légumes, la production locale allemande est abondante. En tomate, le prix le plus bas est en mini-grappe : 2,78 €/kg (Edeka), origine Hollande. La girolle d’import reste un article d’appel (8,73 €/kg, Rewe). Les cours du cèpe baissent (12/15 €/kg stade de gros). En Belgique, les prix élevés d’août ont permis de renouer avec un chiffre d’affaires en hausse de 1 % en un an. Le volume est stable. La tomate ronde recule de 10 % en volume mais le chiffre d’affaires ne baisse que de 1 %. Le tonnage de tomates grappe est stable, le chiffre d’affaires progresse de 3 %. En poivron, le volume baisse de 6 %, le chiffre d’affaires de 5 %. Un rattrapage s’opère sur septembre. En concombre, tonnage et chiffre d’affaires progressent de 7 %.