SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Der Verband des Schweizerischen Früchte-, Gemüse- und Kartoffelhandels
SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Transparenz der Preis- und Marktsituation
SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Interessen seiner Mitglieder einheitlich darzulegen und zu vertreten
SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Transparenz der Preis- und Marktsituation
SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Transparenz der Preis- und Marktsituation
 
 

07.07.2016

UE: les fruits à noyau tardent à s’imposer

(fldhebdo.fr) - Les fruits à noyau tardent à s’imposer dans les assortiments estivaux. Les petits fruits rouges restent en tête des assortiments, surtout dans le nord de l’Europe.

Les pêches et nectarines jaunes restent présentes dans les assortiments de certaines enseignes de France alors que les blanches sont le plus souvent de production locale. C’est notamment le cas dans la principale enseigne de grande surface du frais. Mais les ventes au départ d’Espagne ne sont pas suffisantes vers les pays nordiques et les prix sont sous pression. Le calibre A ne cote que 0,70 € à 0,80 € départ. La vente est plus fluide en gros calibres. L’offre de Paraguayos est plus courte, notamment du fait d’un creux variétal et des dégâts de la grêle sur Lérida. Les écarts de triage sont aussi très importants.En Italie, la pression de l’offre reste forte en calibre B. Les promotions en Allemagne démarrent à 1,30 € le kg.

En abricot, les offres spéciales pour cette semaine débutent à 1,88 € en origines Italie ou Grèce. En Italie et en Espagne, l’offre de fruits de gros calibre progresse sur quelques variétés comme Lady Cot. Le calibre 3A peut atteindre des prix supérieurs à 2,50 € départ. La récolte de Sekerpare de Turquie a débuté mais il n’occupe qu’une petite place. En Allemagne, l’enseigne Edeka le met en avant à 3,69 € le kg cette semaine. Les expéditions de prune de type Obilnaya ou Black Splendor & Diamond débutent en Emilie Romagne. Les petits calibres sont très dominants.

L’excédent de fraise se résorbe
Les ventes de fruits rouges occupent une grande place dans les assortiments nord européens. En Allemagne, le marché de la fraise est en excédent depuis trois semaines avec une qualité très variable en lots de plein champ. Cet excédent se résorbe cette semaine. En France, l’offre est courte. C’est le début de la récolte de myrtille et de mure dans les pays du nord. Le marché allemand est de plus en plus gourmand en myrtille et l’offre espagnole, italienne et autrichienne est bien valorisée. La cerise n’occupe qu’une petite place dans les assortiments. En Allemagne, l’offre locale commence à prendre un peu de poids. Les promotions ne portent encore sur la cerise de Turquie à 4,90 € le kg cette semaine. Cette origine est quasiment la seule à proposer des calibres 30+ très bien valorisés au stade de gros.

Négociations avec la Turquie
Les négociations entre les ministères de l’agriculture français et des relations extérieures français et les services de l’ambassade de Turquie sont ouvertes concernant la possibilité de rouvrir la frontière. Une longue réunion s’est tenue au ministère de l’agriculture jeudi 28 juin. Les exigences des autorités françaises sont nombreuses. Elles portent sur les modalités de la mise en place de l’interdiction de l’utilisation du Dimethoate par les autorités de Turquie et sur les questions d’usage de cette matière active sur les autres cultures, les stocks, la traçabilité des lots et les modalités de lutte contre le drosophile suzukii.

Parmi les autres fruits d’importation, on remarque un intérêt récent pour le kiwi du Chili en complément de celui de Nouvelle-Zélande largement référencé. La mangue avion du Mexique est très bien valorisée (3,50 €).