SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Transparenz der Preis- und Marktsituation
SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Transparenz der Preis- und Marktsituation
SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Transparenz der Preis- und Marktsituation
SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Der Verband des Schweizerischen Früchte-, Gemüse- und Kartoffelhandels
SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Interessen seiner Mitglieder einheitlich darzulegen und zu vertreten
 
 

17.01.2020

Futures tendances de consommation pour les pêches, nectarines, pommes et tomates

(freshplaza.fr) - La Commission européenne vient de présenter ses pronostics pour les dix prochaines années en matière de production et de commercialisation des fruits et légumes, en se concentrant sur trois groupes de produits : les pêches et nectarines, les pommes ainsi que les tomates.

Pour les tomates, selon les analystes de Bruxelles, la production européenne dépassera les 16 millions de tonnes, dont 40 % seront destinées à la consommation fraîche et le reste à la transformation. Le rapport souligne que l'augmentation pourrait venir davantage du côté des productions du nord-ouest de l'Europe que des régions du sud.

La tendance

Selon la Commission, la production européenne de tomates fraîches ne changera pas beaucoup par rapport aux dernières saisons. Elle ne devrait diminuer que de 0,3 % sous l'effet combiné d'une réduction des superficies cultivées et d'un allongement des périodes de production.

Une consommation stable
Les niveaux de consommation de tomates fraîches sont demeurés pratiquement les mêmes au cours des dix dernières années. Les Européens consomment environ 14 kilos de tomates par habitant et par an, un chiffre qui pourrait diminuer légèrement (moins de 0,5 % par rapport à aujourd'hui) jusqu'à atteindre environ 13,6 kilos par habitant et par an d'ici la fin de la prochaine décennie.

Petites et savoureuses

Selon l'étude, les consommateurs privilégient les tomates de plus en plus petites. Les formats plus petits gagnent du terrain, aidés par l'engagement des producteurs et des sociétés de commercialisation visant à améliorer la saveur, la qualité et la sécurité alimentaire. Les consommateurs sont prêts à payer plus cher pour ce type de tomates qui contribue également à réduire le gaspillage alimentaire, un des problèmes dans la course à la durabilité.
En ce qui concerne les importations, 72 % de celles qui arrivent sur le marché européen proviennent du Maroc et 18 % de la Turquie. Ces importations devraient augmenter de 0,4 % par an.

Lors de son discours au Global Tomato Congress, le consultant Hans Christoph Behr, expert du secteur agroalimentaire de la société allemande Agrarmarkt Informations-Gessellschaft, a pour sa part lancé l'idée que le secteur de la production de tomates est vaste et en pleine croissance. Non pas tant en termes de volume, mais en termes de chiffre d'affaires grâce à la croissance des segments des formats considérés comme « spéciaux ».