SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Transparenz der Preis- und Marktsituation
SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Interessen seiner Mitglieder einheitlich darzulegen und zu vertreten
SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Der Verband des Schweizerischen Früchte-, Gemüse- und Kartoffelhandels
SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Transparenz der Preis- und Marktsituation
SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Transparenz der Preis- und Marktsituation
 
 

26.08.2016

France: les récoltes des fruits et légumes en forte baisse

(franceinter.fr) - La baisse des récoltes atteint 30% pour certains fruits et légumes. La faute à une météo capricieuse depuis quelques mois. Les producteurs sont inquiets et les prix s'envolent.

-30% pour les abricots, -16% pour les cerises, -19% pour le chou-fleur... Les récoltes des fruits et légumes sont en forte baisse par rapport à 2015. La faute à un hiver trop doux, puis à un printemps trop froid et pluvieux, puis au manque de Soleil, lui-même entrecoupé d'excès de chaleur. Bref, la météo capricieuse a fait souffrir les cultures. Résultat : des récoltes plus tardives et plus maigres. La production est en forte baisse dans quasiment toutes les filières. Et qui dit baisse de la production, dit manque à gagner pour les producteurs. Selon Agreste, le service des statistiques du ministère de l'Agriculture, le chiffre d'affaires de la pêche va ainsi reculer de 29 % en 2016.

"La particularité de cette année, c'est que les difficultés rencontrées en France ne se sont pas limitées à la France, explique Luc Barbier, président de la fédération nationale des producteurs de fruits. Il y a une baisse dans les autres principaux pays producteurs comme l'Espagne ou l'Italie. C'est l'ensemble du marché européen qui est touché".

Hausse des prix
Les produits étant plus rares sur le marché, les prix s'envolent pour les consommateurs. Une hausse limitée, toutefois, selon Luc Barbier, qui assure que les prix sont équivalents à ceux pratiqués en 2013. Même si les fruits et légumes, eux, ne sont pas d'une grande qualité gustative.

Du côté de la tomate, en revanche, on observe une importante hausse des prix (+ 48 % en juillet, selon Agreste), et cela malgré une production en hausse de 3%. La raison ? La météo maussade du début du mois de juillet, qui n'a pas poussé à la consommation. Les clients se sont ensuite rués dessus avec les beaux jours, au moment même où la tomate devenait plus rare. Les prix ont alors explosé.