SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Transparenz der Preis- und Marktsituation
SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Transparenz der Preis- und Marktsituation
SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Transparenz der Preis- und Marktsituation
SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Der Verband des Schweizerischen Früchte-, Gemüse- und Kartoffelhandels
SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Interessen seiner Mitglieder einheitlich darzulegen und zu vertreten
 
 

15.05.2015

UE: le prix moyen des légumes est en net recul

(fldhebdo.fr) - La mise en place des fruits d’été se généralise. C’est en pêches et nectarines que la baisse des prix est la plus rapide. En légumes, hormis les poivrons, tous les prix céder du terrain.

Sur le marché de la pomme, la tendance haussière s’est affirmée. Au Benelux, les négociants de Pologne sont très actifs à l’achat, essentiellement en Jonagold. Ils semblent anticiper le maintien d’un bon courant commercial vers la Russie. Ils achètent aussi quelques camions de Golden et de Granny en France. Guère plus, mais cela suffit à entretenir la rumeur ! Sous peine de rupture, l’approvisionnement du marché russe en pomme et poire ne pourra bientôt reposer que sur les fruits d’Europe de l’Ouest. Les prix dans l’hémisphère sud sont trop élevés pour le marché russe. Les autorités russes ont renforcé les contrôles sur les lots en provenance de Serbie : sur 33 lots examinés, 32 avaient des certificats d’origine falsifiés ! En Europe, les arrivages d’hémisphère sud sont très faibles. Ceux du Brésil ont été anecdotiques. En Pink Lady, l’offre devrait basculer en faveur des fruits d’hémisphère sud à partir de fin juin. Au départ du Chili, les chargements vers l’Europe sont en recul d’environ 45 % en un an. Le vieux continent ne pèse plus qu’environ20 % des envois contre plus de 40 % en 2009. Les exportations vers le Moyen-orient sont par contre en ascension de plus de 20 %. Elles dépassent en volume celles destinées à l’Europe.

Fleurs avortées
La pleine saison des variétés précoces de pêche et nectarine d’Espagne débute cette semaine. Le prix moyen du B était d’environ 2,30 en semaine 19. Comme l’an passé, suite aux fortes pluies d’avril, les fruits récoltés entre Séville et Huelva ont un taux de sucre parfois plus bas qu’à Murcie où les sols sont plus ressuyants.

En abricot, la mise en place se généralise cette semaine en Colorado, Mogador, Madison, ainsi que les premiers Cot et Tsunami. La charge des arbres est en baisse d’environ un tiers. Toutefois, le volume de la récolte sera en légère progression grâce à l’arrivée en production de nouvelles parcelles. Plus on remonte vers la nord, moins les arbres sont chargés. Plus que la pluie lors de la floraison, c’est le froid trop tardif après un hiver trop doux qui a causé le plus de pertes.

Vente directe
Sur le marché des fruits rouges, les prix restent haut perchés mais ils devraient céder du terrain à partir de cette fin de semaine. En fraise de Belgique, les tonnages quotidiens devraient passer de 300/350 t par jour à environ 500 t à partir de cette fin de semaine. Le maximum est de 600 t, à priori en semaines 22 et 23. L’Allemagne devrait alors être en pleine saison sous abris. Les prix actuels permettent de prolonger la saison de l’Espagne. La mise en marché est de plus en plus gérée par les services commerciaux des quatres grosses coopératives.Les discounters absorbent l’essentiel du tonnage de deux des quatre grosses coopératives (ou unions) qui concentrent maintenant au moins 80 % de l’offre. Ceci contribue à la baisse des tonnages qui transitent par Perpignan. L’offre de Bigarreaux d’Espagne est bien faible. Comme en abricots, le froid tardif a fait avorter un tiers des fleurs.

Arrivée groupée du melon du Maroc

Au départ de Marrakech, l’arrivée en pleine saison du melon a été encore plus groupée que prévu. Les prix moyens ont baissé de 50 % en quelques jours. La récolte débute cette semaine sur Carthagène mais la pleine saison est décalée sur le mois de juin. Le prix moyen des légumes a bien baissé, seul celui du poivron résiste.