SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Der Verband des Schweizerischen Früchte-, Gemüse- und Kartoffelhandels
SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Interessen seiner Mitglieder einheitlich darzulegen und zu vertreten
SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Transparenz der Preis- und Marktsituation
SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Transparenz der Preis- und Marktsituation
SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Transparenz der Preis- und Marktsituation
 
 

23.07.2015

UE: la demande en fruits d’importation progresse

(fldhebdo.fr) - La « plus value » vacances sur la consommation tarde à venir. Le marché reste excédentaire comme en melon et tomate ainsi qu’en pêche et nectarine partout en Europe sauf en France.

Les conditions climatiques sont favorables à la consommation. Pourtant, après avoir frémis à la hausse en début de mois, le prix des pêches et nectarines rondes s’est érodé mi-juillet. Surtout au départ d’Espagne et d’Italie où c’est le pic de la campagne. Les grandes structures de Catalogne expédient le calibre A à 0,60 € départ, voire moins, en nectarine jaune avec Big Top. Le calibre B en barquette est à peine plus onéreux. Le cours des pêches plates est plus soutenu. Le prix moyen d’introduction est de 1,10 €, l’essentiel des ventes porte sur les calibres A et 2A. Le gouvernement espagnol finance le retrait de 20 000 t à 0,26 € le kg. Les fruits sont orientés vers des fabrications de jus pour des associations caritatives.
En Emilie Romagne, les ventes sont décevantes, les prix à la production sont d’environ 30 centimes conditionné.
En Allemagne, les promotions sont à 0,99 € la barquette d’1 kg. L’écart de prix avec la France s’accentue donc encore : le prix départ France est de 1,75 € en cal A. Même l’enseigne Lidl paie ce prix en plateau alvéolé. La période la plus favorable liée à la surconsommation estivale court de mi-juillet à mi-août. La canicule a déjà couvert une période suffisante pour que le panel consommateurs et les données distributeurs permettent de mesurer l’impact sur la consommation des fruits, et de la comparer avec celles des glaces et sorbets aux fruits (+50 %) !

La Turquie gagne du terrain
Sur le marché de l’abricot, il règne une ambiance de fin de saison. Le déficit en Bergeron ne permet pas de faire des promotions. Les circuits traditionnels vont prendre le relais pour relancer l’intérêt pour les variétés tardives. Le prix actuel de 1,50 à 1,80 départ en cal A et AA sert de base positive pour lancer la saison des prunes. La pleine saison des Bigarreaux de Turquie se déroule bien. Le retard permet de poursuivre les exportations jusqu’en fin de mois. Le prix moyen de mise en marché est de 3,30 en calibre 26-28. En Allemagne, il n’est plus tout à fait atteint sur les relevés de la semaine 28. C’est lié au poids de l’offre locale qui est de gros calibre : la prévision de récolte n’est que de 33 000 t, soit 6 000 de moins que l’an passé. Les autres fruits rouges font moins pression. L’avalanche de fraises du début de mois est oubliée. Le veiling de Hoostraten a vendu un record de 506 t le 6 juillet (1,40 € nu producteur).

Poire et raisin entrent en rayon
Les expéditions de poire Limonera débutent sur la base de 0,8 à 0,9 départ Catalogne en calibres 60/65/70. Le prix est similaire en Carmen et Cosciad’Italie. Au Portugal, la récolte de Rocha, qui débute au 20 août, est prévue en baisse de 30 %. Le rythme de plantation est d’environ 1 000 ha par an depuis trois ans. Les volumes exportés atteignent 100 000 t par an depuis 2013. Soit la moitié des quantités produites. Les principaux marchés sont le Brésil, le Royaume-Uni, la France et la Russie, avec respectivement 39 %, 19 % et 7 % en 2013/14. Le Maroc a dépassé l’Allemagne avec 6% et se positionne à la 5e place. Cette semaine débute la vraie mise en place du raisin Victoria de Sicile. On relève juste un manque de coloration lié à la canicule. Quelques lots de Black Magic et déjà de Red Globe complètent l’offre.