SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Transparenz der Preis- und Marktsituation
SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Der Verband des Schweizerischen Früchte-, Gemüse- und Kartoffelhandels
SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Interessen seiner Mitglieder einheitlich darzulegen und zu vertreten
SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Transparenz der Preis- und Marktsituation
SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Transparenz der Preis- und Marktsituation
 
 

19.08.2016

À Paris, 12 tonnes de fruits et légumes en vente au «juste prix»

(lefigaro.fr) - Le Mouvement de défense des exploitants familiaux (Modef) organise ce jeudi une vente de fruits place de la Bastille et en banlieue. Cette année, le syndicat paysan dénonce aussi l'importation de produits traités avec des pesticides.

Douze tonnes de fruits et légumes à bas prix pour Paris, 50 tonnes en comptant aussi les points de vente installés en banlieue. Le Mouvement de défenses des exploitants familiaux (Modef) organise son marché éphémère annuel. Nectarines, melons, ou encore pommes de terre venant du Lot-et-Garonne, sont vendus ce jeudi place de la Bastille à Paris «au juste prix». En fait, il s'agit d'un tarif qui ne comprend pas la marge du distributeur mais seulement les coûts de production, de conditionnement et de transport. Le Modef veut ainsi sensibiliser les Franciliens sur la situation des producteurs de fruits et légumes.
«Laxisme consenti»

Mais, cette année, autant que sur les prix, le syndicat met l'accent sur le «laxisme consenti» des autorités françaises qui fermeraient les yeux sur certains produits importés. Pour le Modef, l'État doit «interdire les importations de fruits et légumes touchés par des produits phytosanitaires proscrits en France». Outre la situation financière des exploitants agricoles, la santé des consommateurs serait également menacée par ces fruits et légumes cultivés en utilisant des pesticides. Le Modef appelle l'État à «prendre ses responsabilités pour informer le consommateur» en affichant «en plus de l'origine, le nom des produits interdits en France qui ont été utilisés dans les pays exportateurs».

Lors de l'opération de l'année dernière, le Modef dénonçait déjà la concurrence déloyale des pays où le coût de production est plus faible, et les marges «abusives» de la grande distribution.