SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Der Verband des Schweizerischen Früchte-, Gemüse- und Kartoffelhandels
SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Transparenz der Preis- und Marktsituation
SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Transparenz der Preis- und Marktsituation
SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Interessen seiner Mitglieder einheitlich darzulegen und zu vertreten
SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Transparenz der Preis- und Marktsituation
 
 

23.02.2021

Nouveau record historique pour les importations d'agrumes dans l'UE

(fructidor.fr) - AVA-ASAJA, l'association des agricultueurs de la région de Valencia, constate que les importations d'agrumes dans l'UE en provenance de pays tiers ont atteint un nouveau record historique.

Selon l'étude menée par AVA-ASAJA et basée sur les données d'Eurostat et du ministère de l'Agriculture, de janvier à octobre 2020, les importations d'agrumes dans l'UE en provenance de pays tiers ont atteint le volume record de 2 198 146 tonnes d'agrumes, après avoir augmenté de 15,4 % par rapport à la même période l'année dernière.

L'Afrique du Sud se distingue comme le 1er pays exportateur d'agrumes vers l'UE grâce aux avantages commerciaux acquis par l'accord de 2016 et représente 44 % des importations totales. Les 968 640 tonnes expédiées en 2020 démontrent une augmentation de 24,8 % par rapport à la saison précédente. L'augmentation est surtout due aux mandarines tardives, qui coïncident avec les variétés de la région de Valancia précoces, après avoir triplé leur superficie en une décennie.

L'Égypte se trouve en 2ème position, avec 334 354 tonnes expédiées, soit 16 % de plus qu'en 2019.

La Turquie suit avec 190 294 tonnes soit une augmentation de 49,5 %.

Le Maroc. En raison d'une baisse considérable de la production, les expéditions ont diminué de 10,1 % passant de 203 730 tonnes en 2019 à 190 294 tonnes en 2020.

L'Argentine. Diminution de 11,5 % passant de 165 144 tonnes en 2019 à 146 195 tonnes en 2020. L'UE a suspendu les importations de citrons et d'oranges suite à la découverte de parasites.

AVA-ASAJA demande aux autorités européennes une plus grande cohérence. Pour l'association, on ne peut pas avoir d'une part, une politique qui exige des normes strictes à ses agriculteurs, et d'autre part, conclure des accords commerciaux qui favorisent les importations. Pour AVA-ASAJA, il est temps également pour l'UE de repenser la diplomatie et de faire les efforts nécessaires pour récupérer des marchés aussi intéressants pour les agrumes que les États-Unis et la Russie. Par rapport aux autres secteurs économiques, le secteur agricole est toujours défavorisé par la politique de l'UE.