SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Der Verband des Schweizerischen Früchte-, Gemüse- und Kartoffelhandels
SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Transparenz der Preis- und Marktsituation
SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Transparenz der Preis- und Marktsituation
SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Interessen seiner Mitglieder einheitlich darzulegen und zu vertreten
SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Transparenz der Preis- und Marktsituation
 
 

07.06.2019

Les importations de fruits et légumes en provenance de pays tiers à destination de l'UE augmentent de 7 %

(freshplaza.fr) - En 2018, le volume des importations communautaires de légumes frais en provenance de pays tiers ont augmenté de 7 %, avec 2,3 millions de tonnes. En valeur, elle ont diminué de 3 % avec 2 621 millions d'euros. La tomate est le légume le plus acheté avec 628 067 tonnes en 2017, (+10 %), et une valeur de 671 millions d'euros (+3 %). Viennent ensuite la pomme de terre avec 362 440 tonnes (-16 %), le poivron avec 261 904 tonnes (+14 %) et les oignons avec 289 463 tonnes (+18 %).

Le volume des importations de fruits en provenance de pays tiers ont également augmenté de 7 %, s'établissant à 14,2 millions de tonnes, et de 5 % en valeur, avec 14 318 millions d'euros. Les fruits les plus importés étaient les bananes avec plus de 5,9 millions de tonnes suivi par les ananas et les oranges, tous deux vendus à plus d'un million de tonnes.

Au cours des cinq dernières années, les importations communautaires de fruits et légumes en provenance de pays tiers ont connu des augmentations consécutives. En 2014, les importations de ce type se sont élevées à 12 695 millions d'euros ; en 2015, à 14 195 millions d'euros ; en 2016, à 15 445 millions d'euros ; en 2017, à 16 390 millions d'euros et en 2018 à 16 940 millions d'euros.

Cette tendance à la hausse contraste avec la tendance à la baisse des exportations communautaires vers les pays tiers. En 2018, l'UE a vendu 15 % de fruits et légumes en moins à l'extérieur, pour un total de 5,4 millions de tonnes. Au cours des cinq dernières années, les exportations ont également connu un déclin en continu.

Selon le FEPEX, l'évolution du commerce extérieur des fruits et légumes avec les pays tiers est une conséquence de la mondialisation asymétrique du marché communautaire, où la préférence communautaire a pratiquement disparu alors que les grands marchés extérieurs restent pratiquement fermés en raison des politiques protectionnistes.