SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Transparenz der Preis- und Marktsituation
SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Der Verband des Schweizerischen Früchte-, Gemüse- und Kartoffelhandels
SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Transparenz der Preis- und Marktsituation
SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Transparenz der Preis- und Marktsituation
SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Interessen seiner Mitglieder einheitlich darzulegen und zu vertreten
 
 

18.03.2021

Brexit, quel impact pour les produits périssables en 2021 ?

(freshplaza.fr) - C’est officiel depuis le 1er janvier 2021. Après un feuilleton politique et législatif long de 5 ans, le Royaume-Uni quitte l’Union Européenne et son marché unique, rétablissant de facto une barrière douanière à sa frontière. En première ligne, les produits frais et surgelés risquent d’être impactés. La Chaine Logistique du Froid souhaite rappeler que chaque maillon de la filière froid a un rôle à jouer. Chacun doit désormais se préparer au déploiement des contrôles (phyto)sanitaires en Grande Bretagne, dont l’entrée en vigueur vient d’être repoussée à 2022.

1er Janvier : volumes d’affaires en chute libre pour la filière froid
Le Brexit, entré en vigueur au premier janvier, a d’abord affecté les flux en provenance du Royaume-Uni. En effet, certains destinataires des marchandises fraiches et surgelées ne s’étaient pas forcément préparés à la déclaration en douane devenue obligatoire pour les produits en provenance du Royaume-Uni depuis le début de l’année. Cela s’est ressenti dans les volumes d’affaires des transporteurs et logisticiens présents sur ce marché.

« Difficile de savoir dans quelle mesure la baisse de volumétrie est imputable au Brexit ou au Covid-19 », accorde Valérie Lasserre déléguée générale de La Chaîne Logistique du Froid, qui représente les acteurs du secteur. « Nos adhérents ont encore une fois montré leur capacité d’adaptation rapide. En quelques jours, les acteurs de La Chaine Logistique du Froid ont déployé de nouveaux processus complexes pour assurer la fluidité et la sécurité du transport de marchandises sous température dirigée. Nous sommes aujourd’hui engagés dans un travail de pédagogie auprès des industriels expéditeurs qui ne se rendent pas encore compte que les processus de déclaration en douane et, dès l’année prochaine, l’obtention du passeport sanitaire pour les produits animaux et végétaux, relève de leur responsabilité », explique Valérie Lasserre.

Un Brexit en deux temps : un « sursis » supplémentaire
« La date du 1er janvier 2021 est en réalité quelque peu trompeuse », prévient Valérie Lasserre. Cette date correspondait à la reprise des contrôles douaniers pour le trafic au départ du Royaume-Uni et à destination de l’Europe. Dans le sens Europe > Grande Bretagne, les contrôles douaniers à la frontière ne s’appliqueront qu’à l’issue d’une période de transition qui doit laisser le temps aux britanniques de mettre en place les contrôles. Pour l’instant, les transporteurs et logisticiens du continent n’ont été que peu impactés. « Une phase transitoire en plusieurs étapes a été mise en place par les autorités britanniques. Elle devait conduire à un dispositif de contrôles sanitaires et phytosanitaires (SPS) stabilisé au 1er juillet 2021. Cette date vient d’être repoussée par les autorités britanniques. Aujourd’hui seuls les animaux vivants et les produits ultra-sensibles font l’objet de contrôles en Grande-Bretagne. A compter du 1er janvier 2022, tous les produits d'origine animale, ainsi que tous les végétaux et produits végétaux dits « réglementés », devront également faire l'objet d'une prénotification et être accompagnés de certificats (phyto)sanitaires », alerte-t-elle. Chaque maillon de la chaîne du froid, des industriels et producteurs européens aux destinataires/déclarants en douane doivent se préparer à ce bouleversement.