SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Transparenz der Preis- und Marktsituation
SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Interessen seiner Mitglieder einheitlich darzulegen und zu vertreten
SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Transparenz der Preis- und Marktsituation
SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Transparenz der Preis- und Marktsituation
SWISSCOFEL
SWISSCOFEL
Der Verband des Schweizerischen Früchte-, Gemüse- und Kartoffelhandels
 
 

05.02.2016

Le géant chinois de la chimie ChemChina veut acquérir Syngenta

(ATS/AGIR) - Le géant chinois de la chimie ChemChina veut acquérir le groupe bâlois d'agrochimie Syngenta pour 43 milliards de dollars (43,8 milliards de francs). Conglomérat étatique, le chimiste qui a notamment mis la main l'an dernier sur le fabricant de pneus Pirelli, entend désormais élargir son offre et ses marchés dans le domaine agricole. La prise de contrôle de Syngenta lui permettrait de s'imposer parmi les plus gros producteurs de pesticides et produits agrochimiques de la planète. Le conseil d'administration recommande à l'unanimité d'accepter l'offre. "Syngenta restera Syngenta et continuera d'être basé en Suisse", a déclaré aujourd’hui à Bâle devant les médias Michel Demaré, président du groupe agrochimique. "Nous ne sommes pas dans une transaction visant des synergies de coûts, nous allons au contraire assurer la continuité stratégique, maintenir les investissements et poursuivre notre expansion sur les marchés émergents, particulièrement en Chine", a-t-il rassuré. Une offre publique d'achat sera lancée au cours des prochaines semaines en Suisse et aux Etats-Unis. Le nouvel actionnaire permettra la poursuite de la stratégie et de l'investissement à long terme dans l'innovation. L'opération, dont la finalisation est attendue d'ici à la fin de l'année, ne devrait avoir aucun impact sur l'emploi. La direction actuelle de Syngenta continuera de piloter l'entreprise. Après la clôture de la transaction, un conseil d'administration composé de dix membres sera présidé par Ren Jianxin, président de ChemChina, et inclura quatre membres de l'actuel conseil de Syngenta. Le gouvernement de Bâle-Ville se montre réservé face à la reprise de Syngenta par le géant chinois. Il aurait préféré que le groupe bâlois d'agrochimie reste indépendant, déclare à l'ats le ministre de l'économie Christoph Brutschin. "Vu que ce scénario ne semble plus envisageable, ce sont les buts et les perspectives du nouveau propriétaire qui passent au premier plan", confie le conseiller d'Etat. Pour l'exécutif de Bâle-Ville, le maintien des sites et des emplois de Syngenta à Bâle, à Stein (AG) ainsi que des cinq autres sites a désormais la priorité. De son côté Unia demande que ChemChina soit transparent quant à la stratégie qu'il compte adopter. Les sites de Bâle, Monthey (VS), Stein (AG), Münchwilen (TG), Kaisten (BL) et Dielsdorf (ZH) ne doivent pas rester dans l'incertitude, estime le syndicat.